Sénat Junior / Les dossiers / Expatriés
Les dossiers
Expatriés © Fotolia/Delphimages

Les français établis hors de France

Vendredi 18 janvier 2013

Fin 2011, plus de 2 millions de Français habitaient hors de France et ils sont de plus en plus nombreux. On les appelle les « Expatriés ».

50% d’entre eux vivent dans les autres pays d’Europe, 13% en Afrique, 12,7% en Amérique du Nord, 8,6 au Moyen-Orient, 6,1 % en Amérique du Sud et, seulement, 2,3 % résident en Asie et Océanie.

Carte des % des Français établis hors de France par continent

Mais ce n’est pas parce que l’on habite à l’étranger que l’on n’est plus citoyen français !

De New York à New Delhi les Français résidant à l’étranger ont toujours la possibilité de voter : ils votent directement pour élire le Président de la République française ainsi que 11 députés, et, indirectement pour élire 12 sénateurs. Pour ce faire, ils élisent d’abord tous les trois ans les membres de l’Assemblée des Français de l’étranger, qui élisent ensuite les 12 sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Les expatriés sont donc représentés dans les deux chambres du Parlement : ils ont 12 sénateurs au Sénat et, depuis 2011, 11 députés à l’Assemblée nationale. 

La principale raison qui pousse à l’expatriation est économique : la recherche d’opportunités de travail ou de création d’entreprises à l’étranger, le développement d’une entreprise à l’international,

Dans le cadre de la mondialisation des échanges, de plus en plus de grands groupes internationaux mais aussi des petites et moyennes entreprises, ont besoin de collaborateurs pour développer leurs affaires à l’étranger. Souvent, pour les salariés concernés, c’est l’occasion de s’élever dans la hiérarchie de l’entreprise et de toucher un meilleur salaire.


Didier, directeur produits dans l’alimentaire :

« Il y a quelques années, mon entreprise m’a demandé d’explorer un nouveau marché. Je suis donc allé habiter cinq ans à Sydney en Australie où j’ai mis en place une marque de glaces qui n’existait pas là bas. Depuis, j’ai travaillé en Norvège et en Suisse.»

Ensuite, il y a la curiosité, la volonté de s’enrichir culturellement, de parler d’autres langues, de réaliser un rêve d’enfance (habiter aux États-Unis, en Asie du sud est ou au Brésil, par exemple).

Enfin, de plus en plus d’étudiants suivent leurs cours dans des universités, des écoles à l’étranger (par le programme Erasmus en Europe). Après leur diplôme, un certain nombre restent travailler sur place, y fondent une famille… Et puis il y a aussi tous les diplomates français à l’étranger qui s’installent en famille pour représenter la France dans le monde.

Les douze Sénateurs qui représentent les Français établis hors de France déposent des propositions de lois et des amendements, posent des questions au gouvernement et interviennent en séance comme en commission pour défendre les intérêts et les droits des Français expatriés, par exemple la possibilité de scolariser leurs enfants dans le réseau d’écoles françaises à l’étranger ou de disposer d’une sécurité sociale de qualité. Mais ils s’intéressent aussi à bien d’autres sujets, comme le rayonnement diplomatique, culturel ou économique de la France à l’étranger ou la présence militaire de la France dans le monde.

Pour en savoir plus

  • Les pages du Sénat dédiées aux Français de l’étranger :
    Voir le site
  • L’espace dédié du Ministère des affaires étrangères : 
    Voir le site
  • La maison des Français de l’étranger : 
    Voir le site